mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Affaire Litvinenko : Lougovoï prêt à coopérer avec Londres

Affaire Litvinenko : Lougovoï prêt à coopérer avec Londres

Nouvelobs.com

samedi 22 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Andreï Lougovoï, principal suspect dans l’assassinat par empoisonnement de l’ex-agent du FSB Alexandre Litvinenko, s’est déclaré prêt à collaborer avec la justice britannique, sous certaines conditions.

Andreï Lougovoï, fortement soupçonné d’être impliqué dans l’empoisonnement au polonium de l’ex-agent du FSB (ancien KGB) russe Alexandre Litvineneko, est disposé à répondre aux demandes de Londres, qui instruit l’enquête. Dans une interview au Times publiée samedi 22 novembre plus de deux ans après la mort de l’ex-agent réfugié à Londres, il se propose d’envoyer son ami Dmitri Kovtoun auprès des enquêteurs londoniens. Cet homme est l’une des dernières personnes à avoir vu Alexandre Litvinenko avant que sa santé ne se dégrade. "Nous avons cette idée que Dmitri se rende à Londres pour parler avec les représentants du parquet. Nous cherchons une voie pour y parvenir si nous obtenons des garanties du gouvernement britannique", a-t-il déclaré au Times. "Si nous décidons de l’envoyer à Londres, cela serait très utile pour que Scotland Yard puisse continuer son enquête", a-t-il soutenu.

Garantie de repartir libre

Andreï Lougovoï, lui aussi ancien du FSB a même proposé de venir lui-même à Londres après Dmitri Kovtoun si ce dernier ne courait pas le risque d’être extradé en Allemagne où il est recherché. Dmitri Kovtoun a en effet laissé des traces de polonium - le poison qui a servi à tuer Alexandre Litvinenko - chez son ancienne épouse à Hambourg, avant de s’envoler vers Londres où il a rencontré la victime en novembre 2006. Andreï Lougovoï a également conditionné sa venue à la garantie qu’il ne serait pas arrêté. Il a une nouvelle fois démenti être responsable de la mort de l’ancien agent russe. "Qu’est-ce que la Russie à gagné de cette situation ? La Russie n’a rien gagné", a-t-il déclaré au journal.

Incident diplomatique

Alexandre Litvinenko, ex-agent réfugié à Londres et très critique envers le régime de Vladimir Poutine, est mort d’un empoisonnement au polonium 210, une substance très rare, le 23 novembre 2006. Les réticences de Moscou à coopérer dans l’enquête sur ce meurtre ont déclenché une crise diplomatique avec Londres. Les deux pays ont tour à tour expulsé des diplomates et ont cessé de collaborer dans la lutte anti-terroriste. Le Premier ministre britannique Gordon Brown a indiqué au président russe Dmitri Medvedev que le dossier du meurtre de l’ex-agent russe Alexandre Litvinenko "ne serait pas refermé" en l’état, lors de leur dernière rencontre au G8 à Tokyo l’été dernier.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :