samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Etats-Unis : Clinton-Gates, noyau dur pressenti de l’équipe de (...)

Etats-Unis : Clinton-Gates, noyau dur pressenti de l’équipe de sécurité d’Obama

AFP

samedi 29 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le président élu Barack Obama, dont l’état-major économique est quasiment sur pied, devrait annoncer sous peu les noms de sa future équipe de sécurité nationale, avec pour noyau dur Hillary Clinton au département d’Etat et Robert Gates à la Défense, selon de multiples fuites.

Sans révéler l’identité des intéressés, l’équipe de transition du futur occupant de la Maison Blanche laisse entendre que d’importantes nominations pourraient être annoncées dès lundi, lors de la prochaine conférence de presse de M. Obama.

"Auparavant, l’équipe de sécurité nationale venait en premier mais une petite concession a été faite aux priorités et besoins économiques" avec l’annonce en début de semaine dernière du nouveau secrétaire au Trésor Timothy Geithner, commente Stephen Hess, expert politique à la Brookings Institution.

Hillary Clinton, grande rivale de Barack Obama aux primaires démocrates à la présidentielle, devrait être nommée secrétaire d’Etat, succédant à ce prestigieux poste à Condoleezza Rice.

L’entourage du président élu avait récemment indiqué que sa désignation à la tête de la diplomatie américaine était "sur les rails" et devait intervenir après les congés de Thanksgiving, s’étalant de jeudi à dimanche.

Parallèlement, le maintien dans ses fonctions de l’actuel secrétaire à la Défense Robert Gates serait "chose faite", selon la chaîne de télévision ABC.

Selon plusieurs autres grands médias américains, M. Gates, unanimement apprécié au sein de la classe politique américaine, resterait au Pentagone pendant la première année de pouvoir de M. Obama, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, et serait chargé de concrétiser la promesse démocrate de retirer les troupes américaines d’Irak.

Ce serait la première fois qu’un secrétaire à la Défense serait gardé dans une administration d’un autre bord que la sienne.

Le maintien de cet ancien directeur de la CIA membre de l’administration Bush pourrait contredire la promesse de changement faite par M. Obama, alors qu’il assure vouloir tourner la page.

Le futur président avait toutefois assuré qu’il piocherait dans les deux camps pour composer son administration en vue de tenter de dépasser les clivages partisans entre démocrates et républicains.

Selon plusieurs médias, M. Gates, 65 ans, pourrait n’occuper son poste que temporairement avant de céder sa place à l’ancien secrétaire à la Marine Richard Danzig, actuel conseiller militaire de Barack Obama.

Parmi les autres nominations pressenties figure celle du général James Jones, un ancien commandant de l’Otan, au poste de conseiller à la sécurité nationale, d’après le site Politico.com.

De même source, Susan Rice, une proche conseillère de M. Obama en matière de politique étrangère, serait nommée ambassadrice à l’ONU, tandis que l’amiral à la retraite Dennis Blair prendrait la tête du renseignement américain.

M. Obama "s’entoure de personnalités fortes", a déclaré David Axelrod, qui sera le futur conseiller du président à la Maison Blanche. Mais "il y a une personne qui mettra en place la politique dans cette administration et c’est le président des Etats-Unis. C’est vrai pour l’économie, c’est aussi vrai pour les Affaires étrangères".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :