samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Services secrets cherchent scientifiques, James Bond et Mata Hari (...)

Services secrets cherchent scientifiques, James Bond et Mata Hari s’abstenir

AFP

lundi 8 décembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Linguistes, mathématiciens, ingénieurs en informatique ou en télécommunications : les services secrets français recrutent désormais à visage découvert dans les universités mais ne veulent ni de James Bond, ni de Mata Hari.

Le recrutement par les services secrets est l’un des thèmes de "Secret Défense", film de fiction de Philippe Haïm, qui raconte la guerre entre un réseau terroriste islamiste et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) qui veut empêcher un attentat chimique dans le métro parisien.

L’héroïne, Diane, étudiante en arabe, est approchée à son insu aux Langues O par un agent de la DGSE dont elle tombe amoureuse. Elle signe ensuite un contrat avant de remplir sa mission : séduire le chef du réseau terroriste pour obtenir le lieu et la date de l’attentat.

La méthode de recrutement et la mission font sourire un ancien cadre de la DGSE. "Nous sensibilisons les civils par des conférences dans les grandes écoles et les universités et les militaires, via les magazines des armées", dit-il sous couvert de l’anonymat.

La DGSE, premier service de renseignements français (4.500 hommes et femmes et un millier d’agents du service action) vient d’innover en la matière. Depuis une semaine, elle propose sur le site du ministère de la Défense des stages de fins d’études aux scientifiques.

"Vous êtes étudiant ou élève ingénieur dans le domaine du traitement du signal, de l’électronique, de l’imagerie, des mathématiques et de la cryptographie ou dans la sécurité des systèmes d’information, l’ingénierie informatique ou les télécoms ? La DGSE vous propose désormais des stages de fin d’études au sein de ses équipes de recherche et développement", écrit la DGSE.

Ce service cherche à engager car la priorité donnée au renseignement par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale doit se traduire par le recrutement d’ici 2014 de 690 personnes supplémentaires à la DGSE. Le budget 2009 s’élèvera à 543 millions d’euros (+ 27,8 %), sans compter les fonds spéciaux pour financer ses opérations clandestines.

Cette augmentation est "exceptionnelle au niveau français", commente Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), l’un des conseillers du film "Secret Défense".

Mais la DGSE prévient les candidats sur le site du ministère : "beaucoup pensent que pour postuler, il faut ressembler à certains personnages de fiction aux qualités sportives inaccessibles ou avoir été remarqué par de discrets recruteurs en quête d’agents". Mais assure, la DGSE, "il n’en n’est rien" car l’"essentiel est de savoir si vous vous sentez attiré par un métier au service de notre pays, qui procure des satisfactions mais comporte des obligations, toutes hors du commun", comme le secret absolu sur son travail...même auprès de ses proches.

La DGSE recrute civils et militaires par concours de type administratif ou par la voie contractuelle. "Celle-ci, beaucoup plus souple, permet en effet de recruter rapidement des spécialistes en langues rares ou en cryptographie", confie le cadre de la DGSE.

Mais, prévient la DGSE, le candidat "doit disposer de qualités bien particulières : discrétion et curiosité, sens du contact et aptitude à la solitude, précision et imagination, rigueur et débrouillardise, prudence et audace, loyauté et duplicité, patriotisme et goût pour la diversité, intégrité morale et souplesse intellectuelle".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :