mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Al-Qaida Belgique : Deux Français en garde à vue

Al-Qaida Belgique : Deux Français en garde à vue

Stéphane Joahny, le Journal du Dimanche

dimanche 14 décembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Deux hommes de nationalité française, arrêtés jeudi à Amiens (Somme) et à Grenoble (Isère), sont en garde à vue dans les locaux de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Ils devraient être présentés demain au juge antiterroriste Marc Trévidic. Les deux islamistes présumés seraient liés à la cellule belge d’Al-Qaida démantelée cette semaine à Bruxelles et à Liège.

Fruit d’une équipe commune d’enquête franco-belge, conduite en France par la DCRI et la Section anti-terroriste (SAT) de la brigade criminelle, ces interpellations sont jugées "très intéressantes" par les enquêteurs qui espèrent mieux comprendre le modus operandi de cette nouvelle filière djihadiste à destination de l’Afghanistan, via la Turquie.

Le coup de filet policier mené jeudi a été motivé par le retour d’Afghanistan le 4 décembre d’un jeune djihadiste belge. Hicham Beyayo, 20 ans, originaire du quartier populaire d’Anderlecht, avait _ les autorités belges en sont convaincues _ reçu le "feu vert" d’Al-Quaïda pour perpétrer à brève échéance un attentat-suicide. Vraisemblablement en Europe, selon une source française. "Il avait dit adieu à ses proches parce qu’il voulait aller au paradis avec la conscience tranquille"", selon les déclarations du procureur général belge Johan Delmulle. La proximité du sommet européen de Bruxelles a sans doute précipité les choses.

Sur les 14 personnes arrêtées en Belgique, six, toutes de nationalité belge, ont été écrouées et inculpées d’appartenance à une organisation terroriste. Ce groupe comprend cinq hommes âgés de 20 à 30 ans, dont trois de retour du front afghan, et une femme de 49 ans, Malika el-Aroud. Véritable passionaria de l’islamiste radical, notamment sur internet, cette Belge d’origine marocaine est la veuve d’Abdessatar Dahmane, faux cameraman et vrai kamikaze qui assassina le commandant Massoud en Afghanistan le 9 septembre 2001, deux jours avant les attentats du 11 septembre à New York. Son nouveau mari, un Tunisien, Moez Garsallaoui, jouerait également un rôle pivot dans cette celllule notamment en accueillant les candidats au djiahd à la frontière pakistano-afghane.

L’enquête belge avait en fait démarré fin 2007. Elle concernait un projet d’évasion digne de celle réussie par Antonio Ferrara, avec explosifs et fusils d’assaut, fomenté par le Tunisien Nizar Trabelsi condamné à 10 ans prison pour avoir préparé en septembre 2001 un attentat au camion piégé contre une base militaire hébergeant des militaires américains en Belgique.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :