lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Le Royaume-Uni s’apprête à lancer la carte d’identité

Le Royaume-Uni s’apprête à lancer la carte d’identité

Ariane Beky, NetEco

vendredi 21 octobre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le Royaume-Uni se prépare à déployer début 2006 cartes d’identité et passeports intégrant des données biométriques, entre empreintes faciales et digitales.

A l’heure où le projet français INES (identité nationale électronique sécurisée) piétine, le Royaume-Uni annonce le déploiement début 2006 de cartes d’identité et de passeports avec données biométriques.

Dans un premier temps, ces documents équipés d’une puce sans contact vont inclure l’image numérisée du visage, les coordonnées, la date et le lieu de naissance de chaque titulaire. Par la suite, les empreintes digitales s’ajouteront au dispositif qui devrait être finalisé en 2009.

L’édition des nouveaux passeports britanniques va débuter en février 2006 et sera complétée en juillet prochain, a indiqué lors du salon Biometrics 2005 à Londres, Bernard Herdan, directeur exécutif de UK Passport Service (ukpa.gov.uk).

Celui-ci a précisé que les titulaires de passeports britanniques actuels feront une demande de "e-passeport" lors d’un renouvellement ou d’un remplacement.

Quant à la carte d’identité biométrique lancée parallèlement au passeport, elle va intégrer empreintes digitales, images des iris et du visage du titulaire. Ces données biométriques seront conservées dans le "Registre national d’identification".

Le Home Office envisage de tester l’efficacité du système auprès de 2.500 citoyens, formant un échantillon représentatif de la population active britannique.

Le but est à la fois de faire progresser l’identification, de mieux lutter contre l’immigration clandestine et, surtout, le terrorisme.

Rappelons qu’à la suite des attentats du 11.09.01, les Etats-Unis ont imposé à 28 pays que leurs ressortissants disposent de passeports intégrant photo et empreintes digitales numérisées pour pouvoir entrer sans visa sur son territoire.

L’échéance initialement fixée pour 2004 par le Congrès américain a été repoussée par deux fois à la demande de la Commission européenne, une première fois à l’automne 2005 puis, finalement, au mois d’octobre 2006.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :