lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Un Nouvel An sous haute sécurité

Un Nouvel An sous haute sécurité

Le Figaro

dimanche 28 décembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Michèle Alliot-Marie a confirmé au Parisien le déploiement de 7.000 hommes supplémentaires. « Le plus préoccupant aujourd’hui, c’est le terrorisme d’origine islamiste », a souligné la ministre.

La sécurité dans les grandes villes sera renforcée, cette année, pour le réveillon. La ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a annoncé au Parisien que « 7.000 hommes supplémentaires vont être déployés » en France, le 31 décembre. 2000 de ces renforts en gendarmes et policiers patrouilleront à Lyon, Marseille et Strasbourg et leurs banlieues. Des villes traditionnellement visées par les incendies de voiture. A titre de comparaison, à Paris, 5.600 hommes et femmes avait déjà été mobilisés pour Noël.

Dans une année marquée par les menaces islamistes proférées contre la France, suite à son implication croissante en Afghanistan, « le plus préoccupant aujourd’hui, c’est le terrorisme d’origine islamiste. Il représente une menace réelle et constante », rappelle la ministre de l’Intérieur. « Nous devons veiller en permanence. Grâce aux services de renseignements, nous avons démantelé plusieurs réseaux représentant de réels dangers qui entretenaient des liens avec Al-Qaïda au Maghreb ».

Explosifs au Printemps : de longues heures de travail en perspective

Michèle Alliot-Marie a reconnu que l’enquête sur les bâtons de dynamite retrouvés au Printemps Haussmann à Paris était difficile. « Nous avions rapidement repéré deux personnes. Cette piste s’est révélée fausse », a-t-elle révélé. « Les enquêteurs ont des empreintes ainsi que les images des caméras vidéo dans et aux alentours du magasin. Leur exploitation représente de longues heures de travail », assure-t-elle.

Interrogée sur l’affaire Julien Coupat, accusé d’avoir saboté les lignes SNCF, la locataire de la place Beauvau a balayéles reproches d’instrumentalisation de la justice, portés par la famille du jeune homme. « Il y a un déséquilibre entre ce que disent les personnes suspectées et leur entourage, qui s’expriment beaucoup en essayant de minimiser les faits ou les rôles, et ce que je sais du dossier ».

La ministre réfute tout autant les accusations de « vacance de pouvoir » lancée par le PS, alors qu’elle assure l’intérim aux commandes de l’Etat, en l’absence de Nicolas Sarkozy et François Fillon, en vacancesà l’étranger. « François Mitterrand avait l’habitude de passer des vacances en Egypte, je ne me souviens pas que l’on ait trouvé cela anormal », rétorque-t-elle. « Chacun a droit à du repos. Le président de la République, qui a eu à gérer la crise en Géorgie et la crise financière, aura été sur le pont 24 heures sur 24 ».

Craint-elle le remaniement ? Non « quand on a la chance et l’honneur d’être ministre, on exerce sa mission jusqu’au terme décidé par le président », souligne Michèle Alliot-Marie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :