lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Les gendarmes rattachés à l’Intérieur

Les gendarmes rattachés à l’Intérieur

Jean-Michel Desplos, Sudouest.com

mercredi 31 décembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La fin de l’année 2008 n’a pas été tout à fait comme les autres pour les 100 000 gendarmes français. En effet, à partir de demain, les gendarmes, au statut militaire depuis François Ier et dépendant du ministère de la Défense, vont être rattachés au ministère de l’Intérieur. Cette réforme, voulue dès 2002 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, se concrétise alors même que le projet de loi, adopté par le Sénat le 17 décembre, ne sera pas examiné par l’Assemblée avant quelques semaines. « C’est de la logique opérationnelle, dit un officier supérieur. L’enjeu, c’est la parité. »

L’arrivée des gendarmes à l’Intérieur fait craindre à ces derniers comme aux policiers la perte de leurs spécificités et de leurs prérogatives. Les inquiétudes et les tensions ont parfois été vives ces derniers mois entre certaines unités de la gendarmerie et des services de la police nationale. Notamment dans le domaine du renseignement. « On joue à se faire peur », résume un gradé.

Équilibre et parité

Le 17 novembre 2008, Michèle Alliot-Marie a toutefois tenu à rassurer les officiers généraux et supérieurs présents aux 20es Rencontres de la gendarmerie nationale à Montluçon. L’équilibre des missions et la parité globale seront respectés, a assuré le ministre. Cet équilibre concerne les missions de police judiciaire, d’ordre public et de renseignement. Policiers et gendarmes devant par ailleurs respecter leurs zones de compétence.

Concernant la parité globale avec les 130 000 policiers, la question de la rémunération, en fonction des grades respectifs, « fera l’objet d’un correctif nécessaire chaque fois qu’il le faudra », a également insisté Michèle Alliot-Marie, rappelant que « le projet de loi conforte le statut militaire des gendarmes ».

Sur Internet, les forums de discussion sont très animés, notamment celui de l’association Gendarmes et Citoyens, auquel participent des gendarmes anonymement, car non syndiqués, contrairement aux policiers. « Ne nous leurrons pas : on n’a jamais été les leaders à la Défense, on ne le sera pas à l’Intérieur », conclut, laconique, un gendarme.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :