dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > La gendarmerie sous la tutelle du ministère de l’Intérieur

La gendarmerie sous la tutelle du ministère de l’Intérieur

Cyrille Louis, le Figaro

lundi 5 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Voulu par Nicolas Sarkozy, ce changement, officiel depuis le 1er janvier, suscite des inquiétudes.

Deux cent onze ans après le vote du premier texte de loi fixant son statut militaire et définissant ses missions de police administra­tive et judiciaire, la gendarmerie nationale est officiellement entrée le 1er janvier dernier dans le giron du ministère de l’Intérieur. Voulu par le président Nicolas Sarkozy malgré les vives inquiétudes exprimées tant par les militaires et les policiers que par certains élus locaux, ce changement de tutelle a pour effet immédiat de placer, dans chaque département, les képis sous l’autorité du préfet. Pour en mesurer les conséquences concrètes à long terme, il faudra en revanche attendre la discussion du projet de loi sur la gendarmerie à l’Assemblée nationale puis l’adoption, à l’automne, de son premier budget entièrement conçu place Beauvau.

Ces derniers mois, les critiques se sont multipliées contre un projet qui vise, selon ses promoteurs, à mieux harmoniser l’action des 120 000 policiers et des 100 000 gendarmes sans pour autant remettre en cause la traditionnelle « dualité » des forces de sécurité françaises. Sous couvert de l’anonymat, certains pandores ont exprimé la crainte que le rapprochement n’entraîne, à terme, une fusion pure et simple au bénéfice des policiers. De même, les rumeurs de fermeture de brigades se sont multipliées, poussant certains élus locaux à se mobiliser pour la défense d’une sorte de statu quo. Début décembre, l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin a pour sa part mis en garde contre le risque de voir cette réforme déboucher sur la création d’« une seule force de sécurité, dangereuse pour la République ».

Revendications corporatistes

Fin décembre, les sénateurs ont voté dix-huit amendements visant à « préserver le statut militaire de la gendarmerie, conforter ses missions et son ancrage territorial » et, manifestement, à limiter l’impact du changement de tutelle. En pratique, la Haute Assemblée souhaite par exemple que la justice reste libre de confier une enquête indifféremment à un service de police et de gendarmerie.

Cherchant manifestement à tirer avantage de la « parité » entre les deux statuts promise par Michèle Alliot-Marie, syndicats de police et associations de gendarmes ont pour leur part multiplié les revendications corporatistes. Si une revalorisation des grilles indiciaires présidant aux rémunérations des militaires doit voir le jour entre 2009 et 2011, il n’est cependant pas question de refondre en profondeur les statuts des gendarmes et policiers.

Dans un premier temps, c’est donc très progressivement que les effets de la réforme vont se faire sentir sur le terrain. Rapidement, la mutualisation des centres de formation devrait se développer, offrant à un nombre croissant de CRS la possibilité de s’entraîner au centre de formation de la gendarmerie de Saint-Astier en Dordogne. De même, les séminaires mixtes police-gendarmerie en matière de renseignement sont appelés à se multiplier. Plus symboliquement, l’installation du directeur général de la gendarmerie Place Beauvau, initialement prévue pour le 1er janvier, ne devrait pas intervenir avant le mois de juin.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :