mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > J’espionne les téléphones pour 23 euros

J’espionne les téléphones pour 23 euros

CNIS-mag.com

mardi 6 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Moins médiatisée –et pourtant considérablement plus dangereuse !- cette communication faite à l’occasion du 25C3 : par MM Erik Tews, Ralf-Philipp Weinmann et Andreas Schuler, le hack des communications DECT. Les transparents de cette passionnante causerie ainsi que le Wiki consacré à ces recherches fourmillent de détails sur l’art d’écouter les combinés sans fil de son prochain. Comme pour confirmer l’inutilité relative des travaux de Sotirov (voir article précédent), les certificats du serveur du CCC sont invalides… les plus curieux devront se faire violence et accepter ladite ouverture de cession.

Que nous apprend ce piratage attendu par certains depuis quelques lustres ? Tout d’abord qu’il n’existe aucune communication sans fil qui ne puisse faire l’objet d’une écoute, d’un risque de démodulation par logiciel ou d’un spoofing (injection de fausses informations). L’on retrouve ici encore la plateforme « Software Defined Radio » de Matt Ettus, qui servit en son temps à hacker les principaux outils de transmission radio : de bluetooth à Wifi, des CPL à la télévision HD « cryptée »*, en passant par l’interception des signaux RFID ou des réseaux de signalisation RDS. Mais plutôt que d’enrichir le thésaurus des développements GNU Radio, ces hackers du combiné sans fil ont utilisé de biens plus simples accessoires : de vulgaires cartes PCMCIA Com-On-Air, vendues aux environs d’une vingtaine d’Euros.

La portée du hack est incalculable. A quelques antiques TPV (Terminaux Point de Vente) près, qui utilisent les liaisons infrarouges, la quasi-totalité des terminaux mobiles de payement par carte de crédit utilise une liaison DECT. On estime, compte-tenu de la baisse des prix atteints en ce domaine, que la grande majorité des foyers français se sert également de terminaux DECT en remplacement des vieux postes téléphoniques S63 des P&T d’autrefois. Les entreprises elle-même sont de grandes consommatrices d’appareils à la norme DECT, et particulièrement les TPE et PME. C’est donc un véritable « manuel du petit plombier » qu’offrent ces trois chercheurs, manuel augmenté d’un add-in logiciel sous la forme d’une extension spécifique de Kismet, le sniffer « sans fil » le plus connu des passionnés des communications radio. Certes, le hack nécessite de solides connaissances. Mais le « retour sur investissement » est prometteur. Usurpation de poste et d’identifiant, écoute à distance sans lien physique, « empoisonnement » des données, récupération de mots de passe ou de hashs de codes PIN… il y a des trésors cachés dans cet algorithme de chiffrement DSC originellement déposé par Alcatel. Et contrairement au monde WiFi, dans lequel la course au débit a peu à peu joué en faveur du renouvellement de parc « vieux Wep » en faveur d’un « nouveau WPA », il n’y a pas, ou très peu, de budget pour changement d’équipement dans l’économie des ménages. En outre, s’il est parfois possible de mettre à jour, pour un usager aguerri, les outils et firmwares de sécurité d’un appareil Wifi, ce n’est pas le cas sur un équipement téléphonique destiné à une clientèle « non technique ».

NdlC Note de la Correctrice : Je supplie les spécialistes de pas nous clouer au pilori du bon usage de la langue Française… les habitudes populaires sont telles que si l’on parlait de transmission télévisées « chiffrées » (ce qu’elles ne sont d’ailleurs pas au sens analogique du terme), les lecteurs penseraient immédiatement à un célèbre jeu d’Armand Jamot. Voyelle, consonne, voyelle, voyelle…. 9 lettres cryptées !


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :