dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Estonie - L’espion qui frimait

Estonie - L’espion qui frimait

Olivier Truc, le Point

jeudi 8 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

C’est la plus grosse affaire d’espionnage en Estonie depuis l’indépendance (1991). Pendant des années, l’Otan, l’Union européenne et le gouvernement estonien se sont fait rouler dans la farine par Hermann Simm, un agent double qui semble tout droit sorti d’un thriller de John le Carré sur fond de guerre froide. Pour la Russie, cet Estonien jovial constituait une taupe idéale puisqu’il était responsable de la protection des secrets d’Etat au ministère estonien de la Défense ! Simm a ainsi transmis à Moscou toutes sortes de documents relatifs à des opérations de l’Otan, de l’UE ou à la guerre électronique, avant d’être arrêté. Son procès devrait avoir lieu dans quelques mois.

On ignore encore ce qui a incité cet ancien chimiste formé en Union soviétique à trahir. Le besoin de faire partie de ceux qui écrivent l’Histoire ? Toujours est-il qu’il adorait raconter des récits d’espionnage et qu’il avait tous les attributs requis : un système de transmission camouflé dans un poste radio, un officier de liaison surnommé Jésus, etc. Et il n’a pas hésité à pousser la caricature jusqu’au bout : démasqué, il a tenté de faire croire que ses activités en faveur de la Russie n’étaient qu’un leurre et qu’il travaillait en réalité pour l’Allemagne...


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :