mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Antiterrorisme : améliorer la protection des cibles vulnérables (...)

Antiterrorisme : améliorer la protection des cibles vulnérables américaines

vendredi 9 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis peuvent encore améliorer la sécurité des cibles vulnérables comme les hôtels ou les centres commerciaux, selon de hauts responsables de la sécurité intérieure, ébranlés par la facilité avec laquelle Bombay été prise en otage fin novembre par 10 terroristes.

Entendus jeudi lors d’une audience au Sénat, Charles Allen, sous-ministre de la Sécurité intérieure pour le renseignement et l’analyse, Donald Van Duyn, directeur du renseignement au FBI et Raymond Kelly, commissaire divisionnaire de la police de New York, ont livré leurs conclusions sur les leçons à tirer de ces attentats qui ont fait 174 morts, dont neuf des dix assaillants.

Ils ont tous observé que ces attentats représentaient un "tournant" dans la méthode employée, qui pourrait se reproduire "contre des cibles vulnérables" américaines.

"Dix hommes avec des armes élémentaires" ont provoqué la mort de près de 200 personnes", a constaté Raymond Kelly, insistant sur "la relative simplicité des attentats".

"D’autres groupes terroristes, dont Al-Qaïda, vont prendre note des attentats de Bombay et essayer de les imiter", a poursuivi Donald Van Duyn.

Pour mieux protéger ces cibles vulnérables et qui ne peuvent faire l’objet d’une protection rapprochée constante comme des sites militaires ou une centrale nucléaire, M. Kelly a donné l’exemple de la police new-yorkaise qui va au devant des propriétaires privés de ces cibles.

"Nous leur expliquons ce qu’ils doivent chercher et ce qu’ils doivent faire s’ils constatent un comportement suspect (...), et qu’ils doivent savoir qui est dans leurs murs", a-t-il détaillé.

"Des contacts entre le secteur public et le secteur privé sont cruciaux et doivent être développés avant que l’incident ne se produise", a renchéri Charles Allen, afin d’"aider à la diffusion d’informations pendant la crise".

"La connaissance des cibles est d’une importance capitale", a-t-il ajouté, relevant que les terroristes de Bombay avait effectué leurs repérages grâce à des sources publiques et à des photos et des vidéos qu’ils ont fait eux-mêmes.

Il a en outre rappelé que les Etats-Unis avaient prévenu l’Inde en février 2008 que, selon leurs informations, plusieurs lieux de Bombay pourraient faire l’objet d’une attaque terroriste, notamment l’hôtel Taj Mahal. Les mesures de sécurité y ont été renforcées sur le moment puis à nouveau baissées, a-t-il regretté.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :