samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Haut degré d’expertise

Haut degré d’expertise

Marceau Bonnecaze, Sudouest.com

vendredi 9 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

AÉRONAUTIQUE. Le Centre d’essais en vol de Cazaux, un outil primordial de la Défense nationale

Mais qu’est-ce que le CEV ? Situé dans l’enceinte militaire, le Centre d’essais en vol est souvent confondu avec la base aérienne. Indépendant, il fait partie de la Délégation générale pour l’armement (DGA) qui est responsable de l’acquisition, du développement, des essais et de l’évaluation de l’ensemble des matériels utilisés par les armées françaises.

Pour mémoire, le Centre d’essais en vol de la DGA a été créé à Brétigny en 1944 ; restructuré, il comprend actuellement trois sites - Istres, Cazaux et Toulouse - , chacun ayant une spécificité.

Équipe de 650 personnes

La base d’essais de Cazaux est spécialisée dans les essais de systèmes d’armements et d’équipements aéroportés. Les essais couvrent les bombes, les canons, les roquettes, les missiles air et d’essais, ses radars de trajectographie, ses stations de guerre électronique, ses cinéthéodolites (1). Cazaux dispose des moyens les plus performants pour remplir ses missions.

« Le CEV est tout d’abord une immense richesse en expérience et en savoir- faire, commente le colonel Bertrand Bon. Les 650 ingénieurs, spécialistes, ouvriers d’État, contrôleurs d’essais, et personnel naviguant font preuve d’un très haut niveau de technicité et d’un professionnalisme sans faille. Des garanties essentielles pour mener à bien les programmes. » En outre, le CEV de Cazaux possède des avions bancs d’essais, avions modifiés pour répondre aux attentes des essais, une des flottes les plus complètes d’Europe.

Bombe guidée laser

À la demande du centre d’analyse de défense, Nicolas Godard,coordonnateur au sol, et Christophe Poret, responsable des essais, travaillent avec leurs équipes à la mise au point d’un tir d’une bombe guidée laser à partir d’un Mirage 2 000 sur cible mobile. Ce tir comporte de nombreuses nouveautés qui composent le dispositif sol. Elles permettent de répondre aux impératifs de cet essai, notamment d’assurer la mobilité d’une cible et la mise en oeuvre des moyens de mesure associés dans une zone de sécurité où toute présence humaine est proscrite.

La préparation de cette opération a nécessité la confection par les personnels du CEV d’un chariot porte- cible de 17 m de long composé de 3 tonnes d’acier. Il est destiné à embarquer une cible chauffante fournie et instrumentée par l’Établissement technique de Bourges.

Cette cible embarque une caméra à champ large qui permet de visualiser en temps réel, depuis la salle de conduite d’essais, la tache laser provenant de l’illuminateur aéroporté. Par ailleurs, un char radio commandé de type AMX 30 B2 assure le tractage de la cible. Ce dispositif peu commun est complété par des moyens plus classiques tels les radars Adour pour le guidage de l’avion, la télémesure pour le suivi des paramètres de l’aéronef, des caméras au sol pour trajectographie et l’observation de la munition. Plusieurs répétitions auront lieu avant le tir réel sur le champ de tir Calamar.

(1) Cinéthéodolite : instrument de visée permettant de suivre et de photographier les fusées, les engins balistiques, etc.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :