mercredi 20 septembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Techniques antiterroristes : Bush espère qu’Obama pèsera le pour et (...)

Techniques antiterroristes : Bush espère qu’Obama pèsera le pour et le contre

AFP

dimanche 11 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le président américain sortant George W. Bush a espéré que son successeur Barack Obama réfléchirait bien avant de remettre en cause les techniques controversées employées par son administration pour combattre le terrorisme, dans un entretien diffusé dimanche.

M. Bush a par ailleurs de nouveau défendu les techniques employées par la CIA pour faire parler les suspects de terrorisme en déclarant à l’émission Fox News Sunday rejeter l’appellation de "torture".

"J’espère que l’équipe qui a l’honneur de servir le pays examinera attentivement les réalités du monde qui nous entoure ainsi que les instruments dont nous disposons actuellement pour protéger les Etats-Unis d’un nouvel attentat. J’espère qu’ils évalueront sérieusement les choses, et je crois que c’est ce qu’ils feront", a-t-il dit.

"Je n’ai pas d’inquiétude en ce qui concerne le président élu, Barack Obama, j’ai confiance dans sa compréhension de la nature du monde dans lequel nous vivons, et (dans sa compréhension) de la nécessité de protéger l’Amérique", a dit M. Bush alors que M. Obama est soumis à une forte pression pour reconsidérer les politiques antiterroristes de son prédécesseur.

"Mais mon inquiétude, c’est qu’un jour l’Amérique baisse la garde. Et le pays sera très vulnérable si nous faisons cela", a prévenu M. Bush qui cède la place à M. Obama le 20 janvier.

M. Bush a défendu les programmes et pratiques antiterroristes appliquées sous son administration après les attentats du 11-Septembre, qui, a-t-il rappelé, ont "défini" sa présidence.

"Je rejette fermement le mot torture", a-t-il dit. Il a assuré que son administration avait respecté la loi et avait informé secrètement le Congrès de ce qu’elle faisait. Certains parlementaires disent que, même s’ils ont été informés, l’administration a ignoré leurs objections.

"Mon point de vue, c’est que les techniques employées étaient nécessaires et sont nécessaires dans des circonstances rares pour obtenir les informations nécessaires pour protéger les Américains", a-t-il dit.

Elles ont permis d’obtenir de "bonnes informations" de Khaled Cheikh Mohammed, le cerveau présumé des attentats du 11-Septembre.

Le vice-président sortant Dick Cheney a confirmé récemment que Khaled Cheikh Mohammed, et deux autres, avaient été soumis à la technique consistant à donner au prisonnier la sensation de la noyade ("waterboarding"), et révélé que 33 prisonniers au total avaient été soumis à des techniques d’interrogatoire controversées.

La révélation du recours à ces techniques, de l’existence de prisons secrètes de la CIA à l’étranger ou encore d’un programme d’écoutes sans mandat de la justice, a donné lieu à l’une des grandes querelles de la présidence Bush, accusée de faillir aux idéaux américains.

M. Bush, souvent accusé d’outrepasser ses prérogatives, a dit avoir "utilisé les pouvoirs conférés par la Constitution pour défendre ce pays".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :