mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Crash d’un hélicoptère français au Gabon : bilan définitif de 8 (...)

Crash d’un hélicoptère français au Gabon : bilan définitif de 8 morts

AFP

lundi 19 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le corps du dernier militaire français disparu samedi dans la chute en mer d’un hélicoptère Cougar au large du Gabon a été trouvé lundi, portant le bilan définitif à huit morts, un blessé léger et un rescapé indemne, a-t-on appris auprès de l’état-major des armées à Paris.

Dès dimanche, des plongeurs d’une société privée et de la marine nationale française avaient remonté à la surface les dépouilles de cinq autres soldats portés disparus après l’accident survenu samedi soir, à une cinquantaine de kilomètres des côtes gabonaises.

"Le sixième corps a été retrouvé à proximité de l’épave de l’hélicoptère et récupéré grâce à un robot sous-marin de la compagnie Bourbon, une compagnie française de soutien aux exploitations pétrolières", a expliqué l’état-major des armées à Paris.

Remonté à la surface, il a été hissé à bord du bâtiment de la marine nationale La Foudre, d’où avait décollé l’hélicoptère français Cougar accidenté samedi.

Le Cougar avait quitté samedi à 20H08 locales (19H08 GMT) le pont du navire qui croisait à une cinquantaine de kilomètres des côtes gabonaises, lors d’un exercice militaire franco-gabonais.

Il s’était abîmé en mer quelques instants après son décollage, au large de Nyonié, une petite localité située entre Libreville et la ville portuaire de Port-Gentil (sud).

Les opérations de secours achevées, l’heure est aux enquêtes judiciaire et technique. Leurs premiers résultats détermineront le sort des 17 autres Cougar de l’armée de terre française immobilisés.

L’objectif immédiat, a expliqué le colonel Benoît Royal, chef du service de communication de l’armée de terre, est de déterminer si l’incident est "susceptible de se reproduire ou pas et exige ou non des modifications techniques" sur ces hélicoptères.

Appareil relativement récent, avec une moyenne d’âge de 16 ans - une quinzaine d’années de moins que les 95 Puma qui constituent encore l’essentiel du parc d’hélicoptères de transport de l’armée de terre -, le Cougar n’avait jamais connu d’accident majeur jusqu’à présent.

Le Cougar étant "dépourvu d’enregistreurs de bord" (boîtes noires), "seul l’examen de l’aéronef qui semble être tombé brutalement à la mer nous permettra de mieux comprendre ce qui a pu se passer", a expliqué le procureur aux armées de Paris, Jacques Baillet, qui n’écarte "aucune piste".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :