jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Un responsable russe arrêté pour transmission de technologie militaire à (...)

Un responsable russe arrêté pour transmission de technologie militaire à Pékin

AFP

vendredi 28 octobre 2005, sélectionné par Spyworld

Un responsable d’un institut de recherche russe spécialisé en technologie spatiale a été arrêté à la demande des services secrets russes, qui l’accusent d’avoir transmis à la Chine des technologies pouvant être utilisées à des fins militaires, a indiqué vendredi son avocat.

Igor Rechetine, directeur de la filiale d’exportation de l’institut TsNIIMACh, est accusé d’avoir "organisé le transfert illégal vers la Chine de technologies spatiales russes susceptibles d’être utilisées pour le transport des armes de destruction massive", a dit à l’AFP son avocat, Viktor Kononenko.

Il a été arrêté mardi dernier et placé en détention provisoire pour deux mois.

Il s’agit d’un contrat signé en 1996 avec la société nationale chinoise pour l’industrie de pointe aux termes d’un accord intergouvernemental entre Moscou et Pékin sur l’aide russe au développement du secteur spatial chinois, a-t-il ajouté.

TsNIIMACh est l’un des principaux centres de recherches du secteur spatial russe.

M. Rechetine et ses deux adjoints, Sergueï Tverdokhlebov et Alexandre Rojkine, sont également accusés de "dilapidation" de 29 millions de roubles (près d’un million de dollars) versés par la Chine dans le cadre de ce contrat entre 1998 et 2003, a indiqué l’avocat.

Les deux adjoints ont également été arrêtés mardi, accusés du seul chef de "dilapidation", et ne sont pas directement accusés d’avoir transmis des technologies militaires.

"Les spécialistes de l’Agence spatiale russe qui ont examiné le dossier ont conclu que les technologies transmises à la Chine ne pouvaient pas être utilisés à des fins militaires", a assuré l’avocat, ajoutant que "toutes les obligations aux termes du contrat ont été remplies" auprès du client chinois.

L’enquête contre M. Rechetine a été lancée en décembre 2003. Deux expertises de ce contrat ont été faites depuis, avec des conclusions contradictoires. L’enquête a été prolongée jusqu’en mars prochain et une troisième expertise vient d’être lancée, selon M. Kononenko.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :