lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Fillon annonce le retrait de milliers de soldats à l’étranger

Fillon annonce le retrait de milliers de soldats à l’étranger

Nouvelobs.com

mercredi 28 janvier 2009, sélectionné par Spyworld

logo

1.100 des 2.000 militaires français stationnés en Côte-d’Ivoire vont être retirés et au moins 1.000 soldats de l’Eufor chargée de protéger les réfugiés du Darfour sont rappelés.

Le Premier ministre François Fillon a annoncé, mercredi 28 janvier, le retrait cette année de 1.100 des 2.000 soldats français stationnés en Côte-d’Ivoire, lors d’un débat sur les "opérations extérieures" à l’Assemblée nationale. Il a, par ailleurs, indiqué que Paris retirerait "au moins" 1.000 de ses 1.650 soldats de la force de l’Union européenne, Eufor Tchad/RCA, chargée de protéger les réfugiés du Darfour, dans le cadre de son remplacement par des casques bleus de l’ONU. "Le calendrier du retrait français prévoit que d’ici l’été, au moins 1.000 de nos 1.650 hommes quittent le pays", a-t-il indiqué. Il a précisé que "pendant quelques mois encore", la France continuerait "de fournir à l’ONU l’aide technique utile à son installation, en particulier un certain nombre de capacités logistiques" qui "lui permettront d’assurer progressivement son autonomie".

Maintien au Liban

François Fillon a, en revanche, annoncé l’Assemblée nationale le "maintien" du contingent français de la Finul au Liban-Sud, mais le retrait prochain des deux navires de guerre français qui participent à la "Finul maritime" au large des côtes libanaises.

Le "rôle stabilisateur" de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) "ne se dément pas et il mérite le maintien des soldats français au sein de la FINUL renforcée", a souligné le chef du gouvernement.

"S’agissant de la FINUL maritime, dont nous assurons le commandement, son dispositif très dense ne se justifie plus vraiment", a-t-il jugé en revanche, annonçant que "les deux bâtiments de la Marine nationale qui y participent seront bientôt dirigés vers d’autres missions".

13.000 soldats à l’extérieur

"Nous pourrions, en adaptant le volume de nos forces à la situation réelle sur le terrain, envisager une diminution des effectifs qui pourrait à terme atteindre 20 %", avait déclaré Hervé Morin dans une interview accordée à France-Soir.

Assemblée et Sénat sont appelés à se prononcer mercredi sur la prolongation de cinq d’entre elles (Kosovo, Liban, Côte-d’Ivoire, Tchad et Centrafrique) après avoir donné, dès le 22 septembre, leur feu vert à l’opération menée en Afghanistan.

Economie de 100 à 150 millions d’euros

Selon Hervé Morin, une réduction de 20% des effectifs permettrait "d’économiser de l’ordre de 100 à 150 millions d’euros par an" sur des "OPEX" dont le montant a "approché les 900 millions" d’euros l’an dernier.

"Est-il encore nécessaire de maintenir une opération militaire en Bosnie (où sont déployés une centaine de soldats français, NDLR) alors que la situation s’est stabilisée", s’interroge ainsi le ministre de la Défense.

"Plus que des militaires, il faudrait y déployer maintenant des forces civiles d’encadrement et de formation", estime-t-il, laissant entendre que la décision est prise : "Je sais ce que le président de la République a décidé".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :