lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Pyongyang accuse Washington et Séoul d’être impliqués dans des cas (...)

Pyongyang accuse Washington et Séoul d’être impliqués dans des cas d’espionnage aérien

Xinhua

dimanche 1er février 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a accusé samedi les Etats-Unis et la Corée du Sud d’être impliqués dans plus de 180 cas d’espionnage aérien en janvier.

Les avions de reconnaissance U-2, RC-12 et E-3 des Etats-Unis sont impliqués dans au moins 110 cas d’espionnage aérien, et les avions de reconnaissance de la force aérienne sud-coréenne RC-800 et RF-4C dans plus de 70 affaires ce mois-ci, a rapporté l’agence de presse officielle KCNA, citant une source militaire.

"Ces actes imprudents d’espionnage aérien commis dès le début de la nouvelle année obligent la RPDC à accroître davantage sa bonne volonté de faire face aux actions des impérialistes américains et des bellicistes de l’armée marionnette sud-coréenne pour une guerre d’agression", a indiqué l’agence KCNA.

Les relations entre la RPDC et la Corée du Sud se sont empirées depuis l’entrée au pouvoir l’année dernière du président sud-coréen, Lee Myung-bak.

M. Lee a décidé juste après son entrée au pouvoir de mettre fin à "la politique soleil", sous laquelle la RPDC se voyait attribuer des aides économiques. Il a insisté sur le fait que cette aide serait suspendue jusqu’à ce que Pyongyang annule son programme nucléaire.

Des tensions entre les deux pays sont en escalade par la suite alors que la RPDC a abandonné tous les accords militaires et politiques, accusant Séoul de mener des actions agressives contre Pyongyang.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Vu les multiples virevoltes de la RPDC lors des négociations sur son nucléaire militaire et l’extréme pauvreté des sources officielles sur l’état réelle de ce malheureux pays, il serait étonnant que sa voisine du Sud qui verse à fond perdu des aides au nord ainsi que son protecteur ne veuille pas savoir ce qu’il en est.

    Les satellites espions, c’est bien, mais même les américains n’ont pas de couverture globale 24 h sur 24 h, leur programme pour cette ambitieux objectif ayant sombré il y a un ou deux sous l’immensité de la tache et l’explosion dantesque des coûts.