mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Vie privée : Facebook alarme ses utilisateurs

Vie privée : Facebook alarme ses utilisateurs

Nouvelobs.com, avec AFP

mardi 17 février 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le site de socialisation a dû rassurer des internautes inquiets après une modification des termes d’utilisation évoquant "une licence perpétuelle et mondiale" sur tous les contenus publiés sur le site.

Facebook a dû rassurer lundi 17 février des utilisateurs inquiets après une modification des conditions d’utilisation évoquant "une licence perpétuelle et mondiale" sur tous les contenus publiés sur le site de socialisation.

"Nous ne voudrions par partager vos informations d’une façon qui ne vous conviendrait pas", a assuré le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg sur le blog du groupe.

Pour lui, ces changements récents des termes d’utilisation étaient nécessaires pour être en phase avec la façon dont les internautes échangent photos et messages sur le site. De cette façons, si un utilisateur se désabonne, ses documents et messages disparaîtront de sa page, mais pas ceux qu’il aura envoyés à ses connaissances, a expliqué Mark Zuckerberg.

Selon les conditions d’utilisation, Facebook peut désormais utiliser librement tous les contenus diffusés sur le site, même si une personne efface un document ou ferme son compte.

Protection contre les obstacles juridiques

"Cela ne veut pas dire que Facebook peut faire une mini-série sur votre vie ou écrire un livre sur vous", a dit Jules Polonetsky, expert en vie privée et directeur du forum Future of Privacy. "C’est du langage courant pour les sites internet parce que leur avocat leur dit qu’ils doivent se couvrir".

Il affirme que ces modalités permettent à Facebook de procéder à des innovations sans être confronté sans cesse à des obstacles juridiques.

Le site de socialisation continue à laisser ses utilisateurs décider de qui a accès à leur profil, et donc au contenu diffusé.

"Toute restriction imposée par un usager sur la diffusion d’un contenu est respectée par Facebook", a ainsi assuré le groupe dans un e-mail à l’AFP.

"Nous ne revendiquons pas et n’avons jamais revendiqué la propriété des matériaux téléchargés par les usagers", a ajouté Facebook, qui compte quelque 150 millions d’utilisateurs dans le monde.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :