lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Otan : Fillon promet un débat à l’Assemblée nationale

Otan : Fillon promet un débat à l’Assemblée nationale

Samuel Potier, le Figaro

mardi 17 février 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le premier ministre n’a pas encore décidé s’il y aurait ensuite un vote des députés sur le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan, mais il se dit prêt à engager la responsabilité de son gouvernement.

Les députés auront leur mot à dire. Selon plusieurs participants à la réunion du groupe UMP mardi matin, François Fillon a promis la tenue d’un débat parlementaire sur le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan. Le chef du gouvernement « a clairement dit qu’il y aurait un débat », confie le député UMP François Goulard, qui a précisé que certains de ses collègues avaient réclamé la tenue d’un vote sur ce sujet.

Reste à savoir s’ils l’obtiendront. « Pour ma part, c’est la meilleure formule », assure le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. « Je pense que (François Fillon) est dans cette démarche, c’est-à-dire l’idée d’engager sa responsabilité. Je trouve que ça aurait du sens ». Pour une fois, les socialistes devraient être d’accord avec lui, eux qui avaient demandé la semaine dernière à François Fillon de faire une telle démarche, alors que François Bayrou exige un référendum.

Entre 30 et 40 députés UMP hostiles au projet

Réponse à Matignon ? « S’il doit y avoir un vote, il engagera la responsabilité du gouvernement », mais le premier ministre « n’a pas donné d’indication sur la tenue d’un vote ou pas ». Pour le Nouveau centre, François Sauvadet souhaite « que ce débat ait lieu au Parlement », jugeant « tout à fait légitime qu’il puisse faire l’objet d’un vote ». Le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer affirme toutefois qu’aucune date n’avait encore été arrêtée pour ce débat sur l’Otan.

Nicolas Sarkozy devrait officialiser sa décision de réintégrer la France dans l’ensemble des structures militaires de l’Otan lors du sommet de l’Alliance à Strasbourg et Kehl les 3 et 4 avril prochains. Jean-François Copé affirme avoir « le sentiment » que cette décision était majoritairement approuvée au sein du groupe UMP. Selon François Goulard, en revanche, « une trentaine ou une quarantaine » des députés UMP y sont hostiles. Parmi eux, Jacques Myard et Lionnel Luca se sont longuement exprimés mardi matin.

« On essaie de nous persuader que (ce retour) est anodin », regrette Goulard. « La décision de 1966 a été fondatrice pour la politique étrangère de la France (...) Prendre la décision inverse et dire que c’est pas grand-chose (...) ce n’est pas sérieux ». L’ancien ministre Xavier Bertrand et actuel secrétaire général de l’UMP, tout juste redevenu député, a participé quant à lui mardi matin à sa première réunion du groupe.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :