dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Kazakhstan dément être mêlé à un scandale d’espionnage en (...)

Le Kazakhstan dément être mêlé à un scandale d’espionnage en Autriche

Belga

mercredi 18 février 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les services secrets kazakhs (KNB, ex-KGB) ont démenti mercredi que des policiers autrichiens suspendus recherchent pour leur compte des informations sur Rakhat Aliev, le sulfureux ex-gendre du président de ce pays d’Asie centrale, Noursoultan Nazarbaïev.

"Nous n’avons envoyé personne en Autriche, nous n’avons rien à voir avec cette affaire. Nous n’avons reçu aucun document officiel de la part de l’Autriche", a dit le porte-parole du KNB, Kenjeboulat Beknazarov.

Scandale

Le ministère autrichien de l’Intérieur avait confirmé mardi les informations de la presse autrichienne selon lesquelles deux policiers avaient été suspendus en Basse-Autriche (est) pour avoir cherché illégalement à connaître le lieu de résidence d’Aliev dans la base de données policière EKIS.

"C’est possible que ce scandale ait été monté de toutes pièces par ce personnage" a estimé M. Beknazarov, dans une allusion M. Aliev, l’ex-mari de Dariga Nazarbaïeva, la fille aînée du président kazakh. Cet ancien haut responsable du KNB et vice-ministre des Affaires étrangères était l’un des hommes forts du Kazakhstan, une ex-république soviétique d’Asie centrale.

Condamné

Il est tombé en disgrâce au printemps 2007, quand il était ambassadeur en Autriche, après avoir été mis en cause dans les enlèvements de responsables d’une grande banque kazakhe, puis dans une affaire de coup d’Etat avorté. Il a ensuite été condamné à 40 ans de prison par contumace pour ces crimes.

L’Autriche avait refusé d’extrader Rakhat Aliev, estimant que les conditions d’un procès équitable n’étaient pas réunies au Kazakhstan.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :