mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > Les guerriers de la République : forces spéciales et services secrets (...)

Les guerriers de la République : forces spéciales et services secrets français, 1970-2009

lundi 8 juin 2009

logo breve

Pascal Le Pautremat, Choiseul Éditions

En étudiant les forces spéciales et services secrets, Pascal Le Pautremat nous invite au coeur des dessous de la République. De l’Afrique au Moyen-Orient, en passant par les Balkans, tous les théatres d’opération français sont passés en revue. Grâce à une enquête et des entretiens approfondis, l’auteur nous éclaire aussi bien sur les actions menées par les forces spéciales que sur les rouages décisionnels qui en sont à l’origine. Mais plus encore, cet ouvrage rend un puissant hommage à une communauté d’hommes d’exception.

Présentation

Ils sont les yeux et le bras armé de l’Etat français. Ils agissent dans l’ombre, avec dévouement, discipline et humilité. Préparés aux situations les plus extrèmes, ils peuvent intervenir à tout moment, n’importe où dans le monde. Les forces spéciales et les services secrets sont de véritables guerriers modernes, au service de la République. De l’Afrique postcoloniale, où la France concentre de nombreux intérêts, à l’Afghanistan, en passant par les Balkans et le Moyen-Orient, les conflits se multiplient. En parallèle, la liste des nouvelles menaces (terrorisme, guérillas, piraterie, prolifération, attaques nucléaires et chimiques...) ne cessent de s’allonger. La France doit plus que jamais adapter ses moyens technologiques et humains pour maintenir son influence militaire, économique et stratégique.

Renseignement, infiltrations, exfiltrations, libération d’otages, c’est sur ordre des politiques que ces hommes sont dépéchés sur le terrain. Cet ouvrage revient sur quarante ans de politique étrangère française, ses personnages clés, ses affaires retentisssantes (Rainbow Warrior, génocide rwandais, pirates du Ponant, etc.) et fait la lumière sur des zones grises de notre histoire.

Pascal Le Pautremat nous plonge au coeur du secret-défense et révèle les dessous des interventions de la République, que la diplomatie tait et que les médias ignorent. Plus qu’un ouvrage d’histoire, ce livre est aussi un vibrant hommage à une communauté d’hommes d’exception.

Pascal Le Pautremat est docteur en histoire, spécialiste des crises et conflits contemporains. Chargé de cours dans l’enseignement supérieur et consultant pour les médias, il a également été chargé de mission au Centre d’études d’histoire de la Défense (CEDH) et directeur de séminaires de Géopolitique au Collège Interarmées de Défense et à Saint Cyr-Coëtquidan. Il est par ailleurs membre du comité de rédaction de Défense (IHEDN) et collabore régulièrement au magazine Raids.


Extrait

Lutte contre la piraterie maritime au large de la Somalie

L’attaque du voilier de luxe, le Ponant, a lieu le vendredi 4 avril. Dès le lendemain, dans le cadre de l’opération Thalatine, les commandos marines sont sur zone, notamment 18 d’entre eux, parachutés en mer (opération appelée communément Tarpon), en dépit de la présence de nombreux requins dans ces eaux chaudes. Ce sont les nageurs de combat du commando Hubert qui sont engagés. Ils inspectent d’abord la coque du Ponant. Ils disposent de deux propulseurs sous-marins (PSM), tout à fait opportuns pour se déplacer jusque-là, contre les forts courants que provoque à cet endroit la rencontre entre mer Rouge et océan Indien. Ils n’ont pas eu recours aux ventouses pour se fixer sur la paroi. Outre les nageurs de combat, on note l’intervention, dans la nuit du 6 au 7 avril, d’éléments du GIGN dont Denis Favier, encore colonel à ce moment. Toute l’opération fut placée sous la houlette de l’amiral Marin Gillier. Le 11 avril 2008, les commandos marines interviennent pour la récupération de l’équipage du yatch de croisière, composé de trente personnes dont 22 Français et commandé par Patrick Marchesseau. Tous étaient retenus en otages par des pirates somaliens qui, bien que non-djihadistes, commettaient bien un acte illégal et irrecevable, avec la complicité de leurs proches, sinon de leur village. L’action des forces spéciales est menée sans effusion de sang, après des repérages soigneux, des prises de photos et des observations nocturnes réalisées grâce aux caméras embarquées sur des aéronefs. La libération est négociée par le GIGN, la rançon est versée. Elle est suivie de l’arrestation des six preneurs d’otages par une action héliportée, alors que les malfrats se déplaçaient en 4x4 en territoire somalien en milieu de journée.


- Sommaire
- Prix : 20.00 euros
- 288 pages
- ISBN : 978-2-916722-66-5