Spyworld Actu
http://www.spyworld-actu.com/spip.php?article14975
Cyberespions : Chine et Russie accusés
Le Figaro, avec Reuters
jeudi, 3 novembre 2011 / Spyworld

La Chine et la Russie utilisent l’espionnage informatique pour dérober aux États-Unis des informations confidentielles concernant le commerce et la technologie, selon un rapport des services de renseignement américains publié aujourd’hui et transmis au Congrès. Ce rapport couvre la période 2009-2011 et rassemble des éléments transmis par diverses agences de renseignement, entreprises du secteur privé, laboratoires d’idées et universitaires.

Des services étrangers, des firmes mais aussi des particuliers accroissent sans cesse leurs efforts en vue de subtiliser aux Éats-Unis des technologies dont les coûts de développement se chiffrent en millions de dollars. Il y a encore quelques années, "les espions emportaient des informations fichier par fichier. Aujourd’hui, ils s’emparent en une seule fois de l’équivalent d’une clé USB entière", s’est alarmé un responsable du renseignement américain.

"Nous n’avons pas sorti cela de nulle part"

Le rapport affirme que les pirates s’en prenant aux réseaux américains viennent de dizaines de pays, mais n’en cite que deux : la Russie et la Chine. "Les agents chinois sont les plus actifs et tenaces au monde en matière d’espionnage économique", lit-on dans le rapport.

Plusieurs entreprises américaines ont confirmé avoir subi des attaques dont l’origine a pu être localisée en Chine, mais les services de renseignement ne sont pas en mesure de confirmer qui en est à l’origine. Prié de dire s’il disposait de preuves irréfutables sur l’implication chinoise, le responsable américain s’est refusé à entrer dans les détails. "Nous n’avons pas sorti cela de nulle part", a-t-il simplement assuré. "Les services de renseignement russes mènent toute une gamme d’activités dans le but de collecter des informations économiques et des technologies auprès de cibles américaines", accuse également le rapport.

Selon le responsable, l’un des objectifs du rapport était de désigner les pays d’où viennent le plus grand nombre d’attaques. "Cela peut venir des gouvernements, des agences de renseignement, d’entreprises privées mais aussi d’individus", a-t-il souligné. "L’identification et l’appropriation de technologies sensibles et nécessaires à leur développement fait partie de la politique nationale de la Chine et de la Russie. En vertu de notre politique, nous ne faisons pas d’espionnage économique."

URL de la source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/11/03/97001-20111103FILWWW00571-cyberespions-chine-et-russie-accuses.php